Conduite : les dangers de la prise de médicaments

Les médicaments peuvent avoir un effet sédatif et stimulant sur conducteur. Ces effets sont à l’origine de la plupart des accidents provoqués par la prise de médicaments. En réalité, ils provoquent des effets indésirables sur la conduite. Pour cela, l’ANSM a classé les médicaments en fonction des niveaux de risque au volant.

Quels sont les médicaments à risque pour la conduite ?

Certains médicaments sont strictement antinomiques avec la conduite d’une voiture. En fait, elles possèdent des effets risqués pour le conducteur. Les risques concernent les médicaments d’usage courant tel que les antalgiques, les somnifères, les antihistaminiques et les médicaments contre la toux ou le rhume, etc. Tout type de médicament présent du danger pour la conduite.

Ainsi, les médicaments à risque sont divisés en 3 catégories en identifiant par les pictogrammes d’avertissement colorés sur la boîte. Citons-les :

  • Niveau 1 : les médicaments constituent d’un pictogramme sur fond jaune. La consommation des médicaments de niveau 1 n’affecte généralement pas la conduite, mais le patient doit être averti avant de conduire. Les risques sont faibles et dépendent principalement de la susceptibilité du conducteur.
  • Niveau 2: le pictogramme se présente en fond orange. En fait, la plupart des gens qui en prennent ont des effets négatifs à des degrés divers. Dans la plupart des cas, ces médicaments ne peuvent être obtenus que sur ordonnance.
  • Niveau 3: la signalisation d’un pictogramme a du fond rouge. La conduite d’une voiture devient dangereuse avec ces médicaments.

Quels sont les effets des médicaments sur la conduite ?

La plupart des médicaments vendus en pharmacie comportent des substances psychoactives qui peuvent produire des effets secondaires sur la conduite. En fait, les médicaments réduisent et altèrent la capacité du chauffeur. Voici des exemples :

  • La difficulté de la concentration et la diminution de la conscience
  • L’allongement du temps de réaction, ralentissement des mouvements et des réflexes affaiblis
  • La somnolence : certains médicaments favorisent l’assoupissement et modifient votre vigilance.
  • La déficience visuelle, les troubles du comportement
  • Les gestes non coordonnés
  • Les vomissements et les nausées

Comment éviter les risques ?

Tous les utilisateurs de la route, en particulier les conducteurs, devraient :

  • Voir un médecin avant de prendre des médicaments et vérifier auprès de son médecin l’effet du médicament sur la conduite,
  • Éviter l’automédication et lire précautionneusement les instructions. Il faut respecter la posologie et l’indication d’un pictogramme.
  • Éviter la consommation d’alcool ou la fatigue au volant.
  • Prévenir le médecin des activités de conduite afin qu’il puisse ajuster au maximum sa prescription.
Assurance auto jeune conducteur : les meilleurs conseils pour éviter les mauvaises surprises
L’assurance emprunteur pour rembourser le prêt auto en cas d’invalidité ou de décès